Startup Act : une vraie opportunité pour les jeunes entrepreneurs

La start-up : une société pas comme les autre

La start-up ou cette « jeune entreprise qui démarre » est une forme particulière de société qui cherche à proposer à ses clients un produit ou un service que personne n’a jamais proposé avant. L’innovation et l’avancée technologique sont au cœur de l’approche d’une start-up.  Ce qui distingue une start-up d’une société ordinaire c’est l’ensemble de trois conditions. D’abord, une start-up se caractérise par la perspective d’une forte croissance exponentielle et l’usage d’une nouvelle technologie mais aussi par le besoin d’un financement massif.

La start-up est une entreprise qui évolue dans l’incertitude en raison de son caractère pionnier. De ce fait, soit elle échoue, soit elle disparait soit elle réussit et devient une vraie success story. Dans ce cas, la start-up ne le reste pas pour longtemps car elle est généralement absorbée par une plus grande structure. En Tunisie, on assiste à un grand développement des startups qui jusqu’à ce jour rencontrent de grands problèmes financiers, administratifs, juridiques….Heureusement qu’en fin de 2017, une lueur d’espoir vient d’éclairer l’horizon de ces jeunes entrepreneurs.

Startup Act : une nouvelle ère prometteuse pour les startups en Tunisie

Le 13 décembre 2017, le conseil ministériel a approuvé un projet de loi de la Start-up Act qui vient réglementer la création les startups en Tunisie. A ce titre, le ministre des Technologies de la communication et de l’Economie numérique, Anouar Maarouf a affirmé que « Ce projet de loi fait partie d’une vision globale de l’avenir de la Tunisie et d’un projet plus large, celui de Startup Tunisia ». La start-up Act est un projet de loi qui a trouvé des solutions pour toutes les entraves auxquelles font face les jeunes entrepreneurs. Ce texte de loi s’articule autour de trois axes principaux : remédier à l’obstacle psychologie, fournir des encouragements financiers ainsi que de l’accompagnement et de l’assistance en vue d’aider les créateurs de startups. Finalement, ce texte de loi vient enrichir et renforcer le cadre juridique, bureaucratique et administratif.

dessin-startup

La start-up Act vient également définir la start-up, reconnaitre ce type d’entreprise et annoncer son caractère légal. Ce txte juridique comporte un bon nombre de dispositions qui encouragent et facilitent le lancement de ce type de projets. On peut évoquer l’obtention de congé pour création d’entreprises. Durant la phase de lancement de la start-up, le jeune entrepreneur peut bénéficier de grands avantages financiers. En cas d’échec, il ne perd pas les avantages précédemment accordés tels que le SIVP.

Ce n’est pas fini ! Le ministre des Technologies de la communication et de l’Economie numérique a annoncé la création d’un portail dédié aux créateurs de projets innovants. Cette disposition vise à faciliter le processus administratif et maintenir la digitalisation. Toute la procédure se fait en ligne pour permettre aux jeunes startuppeurs de se concentrer sur le cœur de leur métier.

Pour encourager les bailleurs de fonds à investir dans des startups, ce nouveau texte de loi vient dicter plusieurs nouvelles mesures. A ce titre, plusieurs avantages fiscaux sont accordés aux particuliers ou aux entreprises souhaitant financer ce type de projets. De plus la start-up Act stipule que  “chaque startup a le droit d’avoir un compte bancaire en devise et de gérer l’argent disponible sur ce compte sans autorisation préalable”. Ces jeunes entreprises souhaitant importer certains produits seront dispensées de certains contrôles techniques à la douane.

Ce projet de loi va créer une grande dynamique et un grand enthousiasme chez les jeunes entrepreneurs. Ces derniers pourront prendre leur sort en mains et créer des postes d’emplois pour d’autres personnes au chômage.

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *